Sentiers Secrets de Provence #1 : Collines d’Allauch

Avec le beau temps enfin de retour, toutes les excuses sont bonnes pour délaisser Netflix & Cie et courir au dehors, emplir nos poumons d’air bien frais et d’odeurs de fruits et de fleurs.
Car en Provence, dès le mois de mai, l’air est saturé d’odeur gourmandes, où l’on distingue notamment la rondeur des cerises charnues qui constellent peu à peu les arbres, la douceur des genêts aux élégantes fleurs d’or, ou encore la saveur camphrée du romarin qui joue son dernier acte, tandis que le thym n’en est alors qu’à ses débuts…

L’air de la garrigue se charge de sucre et de charme et la nature éclôt de partout, ce qui offre aux promeneurs un ballet absolument inédit, entre myriade de papillons colorés, et vision furtive d’un adorable lapin dans les fourrés.
Et que dire de la symphonie donnée par les oiseaux?
Cette bande son au naturel où l’on discerne tant de notes, d’altos et de vibratos différents ?
Le tout sous la lumière enchanteresse du petit matin …
Et au milieu des floraisons qui donnent aux collines des allures de tableaux impressionnistes…
Un vrai bonheur pour ceux qui aiment mettre à l’épreuve leur endurance tout en assistant à un spectacle féérique!

Et autant l’avouer, je suis de ceux-là.

Prêt pour une bonne balade dans les collines ?

Prêt pour une bonne balade ?

J’apprécie vraiment de commencer mes journées, dès le réveil, par une bonne balade en colline qui me permettra de rêvasser tranquillement.
De n’interrompre ma contemplation des scènettes jouées par Dame Nature que pour suivre le cheminement de mes propres pensées.
Une promenade presque seule au monde …
Entre effluves de pins, de genévriers et d’amandes.
Comme tirée d’un livre de Pagnol, à mi chemin entre le Temps des Amours et le Temps des Secrets.
En effet, si le week-end, la foule se presse pour assister à cette jolie représentation, en semaine les promeneurs se font rares et je suis ainsi seule spectatrice de cette fantaisie bien de chez nous.

Sauf aujourd’hui.
Car aujourd’hui, je vous emmène avec moi, parcourir mon beau sentier provençal et découvrir les collines qui ont bercé mon enfance …

Alors, munissez vous de votre chapeau de paille et de vos espadrilles, car les rayons de soleil se frayent malicieusement un chemin entre les arbres …
Et l’essentiel du chemin se faisant à découvert, dans la terre et les gravillons, il vous seront des plus utiles.

Acte I:

Rendez-vous est donc pris dans les Collines d’Allauch, tout près du stand de tir de la ville.
En partant du Logis-Neuf et en remontant le chemin Notre Dame des Anges (délicat et presque séraphique, n’est-ce pas ?), vous prendrez la direction du Stand de Tir de la Ville.
Mais vous arrêterez juste un peu plus bas.

Un espace aménagé pour les pauses, en plein coeur de la colline.

Un espace aménagé pour les pauses, en plein coeur de la colline.

Impossible de vous tromper, un petit parc sommairement aménagé vous tend les bras : un terrain de boule, une table et quelques bancs …
A vrai dire, il n’en faut pas plus pour profiter de la Provence aux beaux jours !
Et bonus pour les plus paresseux : vous pourrez sans peine vous y garer pour vous approcher au plus près du sentier !

Une fois arrivés, vous n’avez plus qu’à vous engager dans cette salle de spectacle à ciel ouvert, pour gagner le petit sentier qui semble s’envoler vers les cieux provençaux.
Vous flânerez alors, au rythme des mimiques de la Nature, vous arrêtant pour contempler une fleur de mauve, froissant un peu de thym dans la paume de votre main pour en respirer l’essence, contemplant la vue sur les collines environnantes.

Et même si le soleil se fait harassant, on continue la tendre ascension vers une incroyable récompense …

Mais chut, pas d’indiscrétions !

Entracte :

Bientôt, deux options s’offrent au promeneur : l’une part sur la droite, vers le haut des collines, l’autre continu tout droit.
Et c’est celle-ci qu’il faut choisir.
Comme vous le verrez, il s’agit là d’un sentier sans difficultés aucunes, qui conviendra à tous les niveaux.
Et il suffit simplement d’aller tout droit.
Du pain béni, vous pouvez me croire !

Acte II :

Suivez la route de briques jau... euh pardon, la route de gauche dans les collines !

Suivez la route de briques jau… euh pardon, la route de gauche !

Après le croisement, vous rencontrerez une cabane de chasseur sur votre droite et sous une volute d’arbres, de drôles de de suspensions de feuilles et de branches.
Cela peut sembler quelque peu étonnant, voir lugubre, mais rassurez vous, rien à voir avec Projet Blair Witch !
Il s’agit simplement d’une manière de camoufler leur refuge.
Et à part en saison de chasse (période à laquelle l’accès est restreint), celui-ci est toujours désert.

Dès lors, un pylône électrique se détache dans l’azur du ciel.
Et c’est dans cette direction qu’il faut aller pour accéder au dernier acte de cette très jolie pièce.
Avec d’ici quelques jours, les cigales en guest stars …

Vous longerez alors un espace grillagé, orné d’un joli portail.

Vision certes peu commune en pleine colline, mais qui s’explique par le fait que le propriétaire, même s’il ne semble pas cultiver son champ, se réserve cet espace et le préserve de tout passage.

Bien qu’il arrive de le croiser, chapeau de paillé vissé sur le crâne, arpentant l’endroit.

Et dès ce niveau, vous pouvez avoir un aperçu de mon beau secret, celui qui fait battre mon coeur un peu plus vite chaque jour …

Final :

Au bout du chemin ... un petit secret bien gardé à Allauch !

Au bout du chemin … un petit secret bien gardé !

Car en dépassant le portail et en continuant jusqu’au pylône, vous tomberez subitement sur votre droite sur une vue absolument époustouflante :
Toute en nuance de bleu et sertie de reflets argentés, la mer méditerranée se détache du ciel, ligne de démarcation encore précisée par la silhouette élancée et prestigieuse de notre emblématique Bonne Mère.
Et les bateaux qui entrent ou sortent du port donnent vie à ce panorama marseillais d’exception …

Voilà, vous connaissez mon doux secret, le dernier acte d’une représentation sans égale.

Peut-être avez vous apporté de l’eau ou de quoi grignoter, voir un appareil photo ?
Dans ce cas, c’est le moment d’en profiter.
De savourer cet instant de paix et de quiétude, loin de tout et aux premières loges de l’envolée dithyrambique provençale.

Dans un instant, vous reprendrez la route pour retourner à votre véhicule et le rideau tombera, le charme s’estompera …
Jusqu’à votre retour !
Car l’avantage de cette pièce est qu’elle est sans cesse mouvante, sans cesse différente et que chaque jour, chaque saison, le scénario et les acteurs évoluent.
Et pas de jour off.
Eté comme hiver, le jeu en vaut la chandelle.
Car cette vue en apothéose se teinte de nuances froides à la morne saison, tandis qu’elle embrase un mordoré flamboyant en automne …
Et que printemps et été font la part belle aux touches pastels et azuréennes…

Comment dès lors résister à l’appel des collines ?

Critique :

Prestigieuse récompense : ce sublime panorama marseillais vu des collines ...

Prestigieuse récompense : ce sublime panorama marseillais vu des collines …

En outre, aucune crainte à avoir, les éloges sur cette balade font légion !
Car si certains passages montent un peu et si les cailloux glissent parfois, le sentier reste très aisément praticable et ce sans être particulièrement féru de sport.
A vrai dire, cette belle promenade me prend généralement 40 minutes tout au plus, et sans me presser.
40 minutes rien qu’à moi durant lesquelles décompresser pleinement, tout en faisant un peu de sport et en contemplant les beautés de la garrigue…

40 minutes de pur bonheur.

 

 

"Un

L’avis du Chaton Chiffon : 

Où ? Allauch, en dessous du Stand de Tir.
Quand ? Quelque soit la saison, mais prévoir de se couvrir en hiver et de porter un chapeau en été, ça tape !
Difficulté ? Facile, puisque le sentier est essentiellement plat malgré quelques très courtes pentes.
Par contre, faites attention aux cailloux qui glissent aisément !
Pour qui ? Pour tous, y compris pour vos petits compagnons à quatre pattes qui pourront se dégourdir dans un cadre idyllique tout en se faisant quelques copains le week-end.
Combien de temps ? Environ 40 minutes, voir 60 en prenant tout son temps.
Commodités ? Malheureusement aucune à part l’aire de départ.
Alors pensez à prendre vos précautions avant !
Conseil ? N’oubliez pas votre appareil photo pour immortaliser la sublime vue sur Marseille à la fin du sentier !

xoxo Le Chaton Chiffon

La vie de château dans le Sud de la France.

Les livres de contes de fées regorgent de description ciselées et de fastueuses illustrations de sublimes châteaux, théâtre d’histoires rocambolesques et féériques.
Où les sorcières enchantent des objets, où les héros traversent milles épreuves, où les grenouilles ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être …  et où les princes réveillent leurs princesses endormies d’un baiser magique…

Mais les châteaux garnissent également les pages de nos livres d’histoire, de l’obscur Moyen-Âge au rayonnant 19ème siècle.
Et apportent à l’imaginaire populaire leur lot d’intrigues fascinantes.
Ainsi qu’une part de rêve bienvenue, qui enchante le Chaton Chiffon…
Bien entendu, le nord de la Loire est particulièrement gâté en la matière …
Mais il serait dommage de ne pas se pencher sur le sud, qui regorge lui aussi de merveilles …
Et si nous sommes loin du  fantasmagorique et coloré  Château de La Belle au Bois Dormant de Disneyland, ou des poétiques et mystérieux châteaux de Bavière, ceux du sud de la France, entre Drôme et Provence valent véritablement le coup d’oeil.

Tous différents, emplis de légendes (voire de fantômes ! ) et de splendeur, ils peignent le tableau d’une France d’antan …

Et comme vous le savez certainement depuis notre promenade médiévale au quartier du Parage, c’est précisément le genre d’endroits qui charme les Chatons vagabonds !

Alors voici une sélection de cinq merveilleux palais, à visiter d’urgence !

Le plus inattendu : Le Palais des Papes d’Avignon.

Niché au coeur de la superbe cité d’Avignon, le palais des papes est un artefact rare …
Et le dernier vestige d’une époque absolument fascinante pour tout amateur d’Histoire !
En effet, ce superbe château à l’allure médiévale de 1335 commémore l’ère du schisme de l’Eglise catholique romaine.
Mais aussi l’existence d’une papauté française.
Car acculée et tourmentée par la noblesse italique, la papauté fuit Rome et se place sous la protection française.

Et en profite pour offrir à Avignon ce sublime palais, qui enchante les visiteurs d’aujourd’hui.
Par son cadre magnifique, aux allures de forteresse médiévale.

Mais aussi par son histoire fascinante mise en scène dans une exposition de prestige (la pièce reprenant les portraits des différents papes y ayant résidé est incontournable !), sa situation dans la ravissante ville d’Avignon et ses célèbres Luminessences

En effet, nonobstant la visite d’un monument sans égal, aux vastes salles voûtées et aux mystérieuses gargouilles, le palais propose également un son et lumière fabuleux à découvrir à partir du 12 Août 2017.
De quoi passer une journée aussi ludique que culturelle !

Plein tarif : 11 euros.
Tarif réduit : 9 euros.

Le plus provençal : Le Château de Lourmarin dans le Var.

Un château mêlant style Renaissance et Provence? C'est ce que vous propose Lourmarin !

Un château mêlant style Renaissance et Provence? C’est ce que vous propose Lourmarin !

Pour une virée au coeur de la Provence d’antan, pourquoi ne pas opter pour une journée au Château de Lourmarin?
Plus récent que le Palais des Papes car datant de la Renaissance, ce palais échappe aux massacres de la Révolution Française.
Et sera restauré à partir de 1921.
Ce qui explique qu’il propose des intérieurs tout simplement renversants !

A commencer par son escalier en colimaçon, s’articulant autour d’une colonne creuse finement ouvragée…
Mais aussi ses jardins donnant sur le village voisin…
Ou encore cette salle principale où ont été rassemblés des carreaux d’origine provenant de tout l’édifice…
Un rêve éveillé pour les amateurs d’Histoire …
Ou pour les esthètes.
Car le Château de Lourmarin présente également de magnifiques collections de mobilier, d’instruments de musiques ou de gravures.
En outre, son identité provençale est incontestable, du fait des couleurs chaudes et enivrantes utilisées.

De plus, la Fondation de Lourmarin Robert Laurent-Vibert y organise de nombreuses animations, dont les Fêtes de la Renaissance, un enchantement !
De même que des conférences, concerts ou expositions tout au long de l’année.
En somme, un choix royal !

Tarif adulte : 6,80 euros.
Tarif enfant: 3 euros.

Le plus légendaire : Le Château de Tarascon.

Le château de Tarascon fut bâti sur le rocher ou siégeait la tarasque, un monstre légendaire ...

Le château de Tarascon fut bâti sur le rocher ou siégeait la tarasque, un monstre légendaire …

Connaissez vous la légende de la Tarasque, ce monstre amphibie constitué tout à la fois de pattes d’ours, de torse de boeuf, d’une carapace de tortue et d’un dard de scorpion ?
Ce dragon médiéval aurait terrorisé la population au 13ème siècle, avant d’être dompté par Sainte Marthe, qui l’aurait alors promené en laisse, mais  n’aurait pu empêcher les petites gens de s’en saisir et de la mettre en pièces…
Or, c’est précisément sur le rocher du monstre qu’a été construit le Château de Tarascon au début du 15ème siècle (entre 1400 et 1435) par les princes d’Anjou.
Mais ce fut également une prison, où furent enfermés tour à tour les criminels de droit commun, ou les soldats ennemis.
Et ce jusqu’en 1926.

Du reste, lors de la découverte du château, il est encore possible de déchiffrer les graffitis qu’ils ont apposés sur les murs.
Sans compter que la vue du sommet est tout simplement spectaculaire !

Adulte (25 ans et +) : 7,50 €

Jeune (18-24 ans) : 5,50 €

Jeune (10-17 ans) : 3,50 €

Enfant (< 10 ans) : gratuit

Le plus littéraire : Le Château de Grignan.

Un château tout droit sorti d'un conte de fées...

Un château tout droit sorti d’un conte de fées…

Le nom de Grignan résonne comme une madeleine de Proust aux oreilles de tous les littéraires.
Et pour cause, la comtesse de Grignan n’est autre que la fille de la célèbre épistolière Madame de Sévigné, à laquelle ont été adressées tant de lettres relatant le quotidien (et les ragots ! ) de la cour de France.
Celle qui faisait alors office de gazette mondaine y séjournera en de nombreuses occasions.
Mais même les moins littéraires d’entre nous devraient  absolument y passer quelques heures, tant il est enchanteur !

Mentionné dès le 11ème siècle, il délaisse, à la Renaissance, son apparence de château fort pour les atours plus endimanchés d’une demeure comtale.
Cependant, il fera l’objet d’une restauration approfondie au début du 20ème siècle, après avoir été détruit au 18ème.
Ce qui explique très probablement son allure féerique, tout droit sortie du conte de La Belle et la Bête
Extérieurs comme intérieurs regorgent de finesse et de préciosité, et le regard se perd d’un ornement rutilant à un autre …
Puis, lorsque l’on délaisse les tapisseries des chambres à coucher pour la chaleur de la magnifique salle de banquet,  c’est l’apothéose : une enfilade de cheminées massives et majestueuses, de superbes boiseries, une collection de portraits qui semble infinie et une vue à couper le souffle depuis les fenêtres …
Superbe !
Et pour les gastronomes, n’oubliez pas que la Drôme Provençale est le pays de la truffe !

Plein tarif : 5 euros.
Tarif réduit : 3 euros.

Le plus magique : Le Château de Rochegude.

Le fabuleux château de Rochegude, pour une nuit de rêve au coeur de la Drôme ...

Le fabuleux château de Rochegude, pour une nuit de rêve au coeur de la Drôme …

Celui-ci ne se visite pas à proprement parler, car il s’agit d’un hôtel.
Mais c’est un véritable coup de coeur qu’il me semblait impensable de ne pas partager !
Avez vous déjà rêvé de goûter aux joies de la royautés ne serait-ce que le temps d’un week-end?
D’admirer les biches et leurs adorables faons dans les jardins, de vous offrir un succulent dîner gastronomique (entièrement composé de truffe en saison ! ) avant de vous endormir sous un baldaquin chatoyant ?
Tout ceci est possible au Château de Rochegude

Bien entendu, l’expérience à un prix, mais rien de tel qu’une séjour là bas pour se plonger dans un univers de prestige, au charme mystérieux.
Surtout les soirs d’hiver, lorsque le tonnerre et les éclairs assaillent les tourelles tandis que le feu crépite dans la cheminée …
Mais croyez moi ;  pour l’avoir également testé en été, le cadre y est tout aussi magique !
Et que dire des chambres, toutes différentes, ou du cloître, jalonné d’armures et de baies vitrées donnant sur la cour ?
Un véritable enchantement !
D’ailleurs, je vous en reparle très rapidement !
D’autant plus que ce serait là une belle idée de destination pour l’hiver à venir !

J’espère que ce petit aperçu des de mes châteaux préférés en Provence vous aura plu…
Et que ce soir pour quelques heures, une nuit ou une vie entière (chanceux ! ), n’hésitez pas à vous offrir une escapade royale !

 

 

Promenade dans le quartier médiéval du Parage.

Aux portes de la merveilleuse Côte d’Azur, le Var regorge de véritables petits joyaux à savourer lors d’une agréable escapade.
Ou d’un week-end prolongé.
Et au delà des oliviers, du chant des cigales et santons, l’explorateur en goguette peut également y trouver quelques gemmes bien cachées.
Mais néanmoins extrêmement précieuses…
Comme ce petit quartier du Parage, aux Arcs-sur-Argens.
Dont le charme médiéval nous vient tout droit du XIII ème siècle…

Vous vous souvenez peut-être de notre sortie aux Arcs-sur-Argens au mois de janvier denier et du succulent repas que nous y avions dégusté ?
Et bien si j’y reviens aujourd’hui, c’est pour vous parler plus longuement de l’un de nos coups de coeur de cette journée :
Le ravissant quartier médiéval de la commune.

A vrai dire, la douce Provence se savoure aussi à la belle saison et il est plus que temps de vous proposer quelques idées de sorties pour les week-ends à venir !
Sans compter que le mois de mai approche, et avec lui les ponts, souvent synonymes d’échappées belles !
Alors, prêts pour une petite balade aux effluves de mimosa ?

Le quartier médiéval du Parage : une plongée dans l’histoire.

Détails d'une promenade bucolique au quartier du Parage.

Détails d’une promenade bucolique au quartier du Parage.

Peu de quartiers ont autant d’attraits que celui du Parage, dans la petite commune des Arcs-sur-Argens.
Probablement, grâce à ses ruelles ombragées, ses grappes dorées habillant les murailles et ses petits habitants ronronnant et se prélassant au soleil…

Mais pas seulement.
Car le quartier du Parage est également le témoin d’une époque romanesque à souhait, celle du Moyen-Age, de ses nobles dames et de ses courageux chevaliers en armures …

Si l’on en croit nos livres d’histoire, c’est au 13ème siècle que l’endroit tombe aux mains des seigneurs catalans Villanova.
Ces derniers se mettent alors en tête de façonner leur nouveau territoire.

En construisant notamment le donjon du village et la chapelle Saint-Pierre-du-Parage, que l’on peut encore visiter aujourd’hui.
Quelques siècles plus tard, en 1662, est édifié le campanile qui coiffe le village de son imposante silhouette.

Bien entendu, la révolution française mit à mal l’esthétique de ce petit trésor médiéval puisque l’on ordonna la destruction totale du château.

Les couleurs de Provence pour habiller les ruelles du charme d'antan au quartier du Parage.

Les couleurs de Provence pour habiller les ruelles du charme d’antan…

Un devenir hors du commun.

Cependant la tour des Arcs (c’est-à-dire le donjon) fut sauvée, grâce à l’enfant du pays Victor Grand (secrétaire de Paul Barras), auquel est dédié une plaque commémorative dans l’enceinte du quartier médiéval.
Aujourd’hui encore, c’est à lui que nous devons de pouvoir observer cette belle page d’histoire …

Et si les habitants désertent quelque peu les hauteurs du village (le nombre de maison à vendre y est impressionnant), le 20ème siècle est l’époque du renouveau pour le quartier historique.

Une association de passionnés se créé (Les Amis du Parage) et pourvoit à la restauration du campanile et du puit médiéval afin de restituer à notre époque moderne cet héritage inestimable.
Et Le Chaton Chiffon a adoré !

Dès que l’on passe les portes de ce petit havre de paix, que l’on se perd dans ses délicieuses alcôves pavées, bien loin de nos larges allées bétonnées efficaces, le voyage temporel opère…

 

Flâneries hors du temps.

L'Art est également au rendez-vous au quartier médiéval du Parage...

L’Art est également au rendez-vous …

En partant de la place du donjon, il faut s’éloigner un peu des véhicules garés pour trouver l’arche symbolisant l’entrée du quartier médiéval.

Et avant même de la franchir, les maisonnettes en pierre, couvertes de lierre et ornées de blasons aux couleurs de Provence, émerveillent les promeneurs …
Une véritable guirlandes de jolies petites habitations, entourées de jardins qui font figure de paradis avec leur végétation luxuriante, et les rayons du soleil se perdant dans les pétales précoces.

Et si en ce samedi hivernal nous n’avons pas croisé un chat, ce n’est qu’au sens littéral du terme, car les félins semblent s’être installés à demeures dans les jolies rues sinueuses.

La place des Micocouliers, honorée de la présence du Roi Soleil au XVII ème siècle dans le quartier du Parage.

La place des Micocouliers, honorée de la présence du Roi Soleil au XVII ème siècle.

Si tant est que l’on a l’impression de se trouver dans un certain conte de Perrault où les matous malins chaussent bottes et chapeaux à plume pour briguer châteaux et terres …

La balade idéale pour Le Chaton Chiffon !

Au détour des allées étroites et sinueuses, les environs regorgent de richesses insoupçonnées.

Alentours de charme.

Enseignes en fer vieilli, mosaïques chatoyantes, fontaines délicates et exquises placettes, tout y est pour rendre la balade agréable !
Jusqu’à arriver à cette bucolique esplanade, sur laquelle se serait arrêtés Louis XIV et Anne d’Autriche lors de leur pèlerinage à Cotignac vers 1660 …

Histoire, esthétique et détente entremêlées …
Le vrai bonheur !

Au coeur de ce dédale de beauté, la promenade se fait aventure.
Et l’on prend plaisir à parcourir l’intégralité du quartier, montant, descendant…
Sans jamais prendre le risque de n’en rater ne serait ce qu’une miette …

Un moment à savourer !

Alors n’hésitez pas à tenter vous aussi l’expérience et découvrir ce superbe quartier médiéval …

Enfin, sachez que l’association des Médiévales des Arcs  propose de nombreuses animations médiévales pendant les mois d’été, à ne pas manquer !

Des couleurs à foison dans le quartier du Parage.

Des couleurs à foison…

Le Logis du Guetteur : Délices de Provence.

On ne le répétera jamais assez, les bonnes tables font partie des choses qui aident à retrouver le moral en ces journées d’hiver qui semble s’éterniser…
Alors que la pluie tourmente incessamment les carreaux et que le vent frappe quiconque ose s’aventurer dehors, difficile de se rappeler qu’hiver ne se résume pas uniquement à frimas et semaines grisâtres à n’en plus finir.
L’hiver peut également être une farandole de gourmandises et de saveurs incroyablement délicieuses et inattendues…
Surtout en Provence où la saison hivernale est également le temps des truffes délicates, des raviolis raffinés et des fruits de saison, à la chair gourmande.
Et lorsque ces délices peuvent se déguster dans un cadre à la fois élégant et insolite, le plaisir n’en est que plus fort !
C’est justement ce que propose le Logis Du Guetteur…
Pour le plus grand plaisir du plus Chiffon des Chatons !

Lire la suite

Carnet de voyage : Escapade hivernale aux Arcs sur Argens

En ces mois d’hiver où l’on cherche désespérément un peu de chaleur, nombreux sont ceux qui souhaiteraient prendre le large, et remiser doudounes et bonnets au placard, pour aller jouer les oiseaux tropicaux sur une plage de sable fin …
Cependant, faute de moyens ou de vacances à cette période de l’année, difficile de s’offrir trois semaines au soleil !
Et le temps parait long, froid et morne …
Mais c’est loin d’être une fatalité !
Car si les vacances d’été sont toutes indiquées pour des voyages au long cours ( croisières, road trip aux U.S.A , au Canada ou un mois à la découverte de l’Italie par exemple !),  les mois de janvier et février sont propices à la découverte des alentours, aux courtes (mais néanmoins très agréables ! ) escapades et week-ends …
Une occasion de découvrir la région que nous, voyageurs insatiables voués corps et âme aux horizons lointains, ne connaissons finalement que trop peu !

 

Et j’ai de la chance, car ma région n’est autre que la belle Provence, avec ses amandiers en fleurs (et oui ! )et son temps relativement doux (même si ce n’est pas le soleil de Floride, on est d’accord !) quelle que soit la période de l’année …

Sans compter que la Provence dispose d’un riche patrimoine culturel et historique, ce qui en fait une destination très agréable… Y compris ces mois-ci.
Après tout, pas besoin qu’il fasse 30 degrés pour visiter !

C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie, en cette période où les prochaines vacances paraissent encore bien loin, d’explorer les alentours…
Ceux qui ne nécessitent pas de se serrer sur un minuscule siège d’avion pendant dix heures mais tout simplement, 1 heure et demie de route depuis Marseille.

Un moindre mal pour une très jolie escapade !

Alors, prêts pour une virée provençale aux Arcs sur Argens ?

Alors, prêts pour une virée provençale ?

 

Voilà pourquoi, un weekend de fin janvier, nous avons choisi de passer la journée à Arc sur Argens, une petite ville au passif médiéval encore bien présent !

Et autant vous le dire tout de suite, nous y retournerons avec plaisir l’hiver prochain!
Ou à la belle saison d’ailleurs !
Car ce petit village est un vrai joyau !

Alors, vous nous suivez ?

Arc sur Argens, un véritable trésor médiéval.

Au Sud de Draguignan et en pleine Provence se trouve la ravissante petite commune des Arc sur Argens, l’un des petits trésors cachés de notre jolie France.
Car si l’on s’émerveille devant Paris et sa profusion de splendeurs, on oublie un peu trop souvent les beautés de l’arrière pays.
Et pourtant, il y a de quoi faire !
Surtout ici, où des traces de présence humaine sont décelées dès l’âge de bronze !

Du reste, les Arcs sur Argens (dont le nom vient du mot « arcus » -pont- , puisqu’il y avait autrefois un pont sur l’Argens, un fleuve côtier) peuvent se targuer d’avoir un passé hors du commun, d’autant plus qu’une sainte (Sainte Roseline) y serait née en 1263 !
Cette généreuse jeune femme, fille du seigneur du château, aurait subtilisé la nourriture des cuisines de son père pour nourrir les pauvres du village…
Un matin, ce dernier (se doutant des largesses de sa fille) se cache afin de la surprendre.
Mais alors qu’il lui demande de lui montrer le contenu de son tablier, rempli à ras-bord de victuailles, celles-ci se transformèrent en brassée de roses.
Une belle histoire que l’on connait sous le nom de « miracle des roses » et qui valu à la jeune femme d’être béatifiée par l’Eglise catholique.

Une autre de ces particularités n’est autre que son superbe donjon (qui fait alors office de salle commune), construit au XIII ème siècle et qui fait aujourd’hui encore partie de ce paysage exceptionnel, donnant un aspect tout à fait unique à ce joli village de Provence…

Une belle plongée au Moyen-Âge, idéale en cette période hivernale !
Puisque l’on ne peut pas s’évader au soleil, pourquoi ne pas s’évader dans le passé ?

Y aller :

Si vous venez de Marseille, rien de plus simple !
Les Arcs sur Argens ne sont qu’à 1h30 de route en prenant l’A8 !
Il est également possible d’y aller en train, via le trajet Marseille Saint Charles – Vintimille , en descendant à l’arrêt Les Arcs – Draguignan.
Vous êtes de Paris ou autre part en France ?
Et bien peut-être qu’il serait temps de vous offrir un petit weekend prolongé pour découvrir Marseille et ses environs !

Mais qu’y faire ?

Le Logis du Guetteur ... une adresse à retenir aux Arcs sur Argens !

Le Logis du Guetteur … une adresse à retenir !

Alors vous êtes convaincus et avez vous aussi envie de découvrir les Arcs sur Argens ?
Et bien n’hésitez pas à vous inspirer du programme que nous nous étions concocté lors de notre petite virée !
Nous avons pris la voiture sur le coup de 10 heures et avons profité sans nous presser de la balade, admirant les vignobles et les oliviers vert tendres…
Un beau tableau provençal et une très plaisante bouffée d’air frais !
Puis, une fois arrivés, nous avions pris la précaution de réserver une très bonne table que je vous recommande fortement; celle du Logis Du Guetteur.
Car ce restaurant (qui fait également hôtel) propose aux fins gourmets une cuisine délicate et raffinée (mention spéciale pour les fabuleux raviolis à la truffe blanche !) dans un cadre insolite, puisqu’il s’agit de l’ancien donjon de la commune !
Nous nous sommes tout simplement régalés, et l’amatrice d’histoire que je suis a adoré déjeuner dans un ancien donjon, entre tapisseries colorées et vieilles pierres, à la manière des seigneurs d’antan!
Sans compter que la salle est très coquette et les plats qui nous ont été présentés vraiment succulent !
Ajoutez à cela un service discret et agréable et vous comprendrez que notre pause déjeuner a été à la hauteur de nos attentes !
Je ne vous en dit pas plus, car un article plus détaillé est en préparation !
Il faudra donc patienter un peu pour découvrir plus longuement cette excellente table.
Mais croyez moi, elle en vaut le coût !

Cependant, l’heure tourne, et même si c’est presque à regrets que nous quittons ce sublime (et délicieux ! ) endroit, il est temps d’aller explorer les environs …

Précieux emblème de la Provence, le mimosa à l'odeur enchanteresse illumine les ruelles des Arcs sur Argens !

Précieux emblème de la Provence, le mimosa à l’odeur enchanteresse illumine les ruelles des Arcs sur Argens !

Plus précisément le Quartier médiéval du Parage, réputé pour être l’un de plus beaux endroits des alentours.
Et cette réputation est tout sauf usurpée selon moi …
Imaginez un peu :
Des maisons de caractère, toutes en pierres, du mimosa à foison qui balance ses rameaux d’or au grès du vent, quelques chats roupillant tranquillement sous le pâle mais doux soleil de janvier, quelques sculptures et mosaïques pour agrément les ruelles méridionales…
Et ce drapeau rouge et or, détonnant sur le ciel opalin …
Là encore, on s’imagine très bien y déambuler au Moyen-Age, lors d’une procession religieuse dédiée à Sainte Roseline, les bras chargés de victuailles et les cheveux entremêles de rubans colorés…
Nous y promenons agréablement pendant de longues minutes, conscients d’avoir atteint le coeur de ce joli trésor caché qu’est la commune des Arcs sur Argens.
A la belle saison, nous aurions également put nous arrêter à la Maison de l’Histoire des Arcs ou à la très réputée Chapelle Saint Pierre (celle-ci étant située au beau milieu du quartier du Parage), mais malheureusement, toutes deux étaient fermées.
A charge de revanche !
Nous remonterons alors tranquillement le quartier médiéval, afin de retourner sur le parking du Logis du Guetteur où nous avions laissé notre véhicule, et de profiter du panorama exceptionnel qu’offre le donjon sur la commune des Arcs
Une sentiment de sérénité et de beauté nous envahit alors que nous contemplons les maisons couleurs pastel en contrebas, leurs douces et lumineuses silhouettes se détachant sur l’horizon évanescent…

Mais nous avons encore beaucoup à découvrir, et finissons par nous arracher à la contemplation de cette toile hors du commun, pour reprendre la voiture et nous diriger à quelques kilomètres de là, en direction de la Chapelle Sainte Roselyne et de l’Abbaye du Thoronet, les deux arrêts suivants de notre road trip du jour !

Le cloître de la Chapelle Sainte Roseline, aux Arcs sur Argens...

Le cloître de la Chapelle Sainte Roseline…

Malheureusement, notre premier arrêt sera bien plus court que nous ne l’aurions voulu.
Car la Chapelle Sainte Roselyne est fermée tout le mois de janvier…
C’est le soucis des escapades provençales en plein hiver, certains sites ne sont accessibles qu’aux beaux jours.
Mais les avantages sont tellement nombreux que nous passerons volontiers là dessus, et puis cela donne une excuse pour revenir à la belle saison !
Et pour gouter à d’autres délices du Logis du Guetteur !

Malgré tout, nous avons décidé de tout de même nous y rendre, puisque nous étions à coté, afin de voir le paysage alentours.
Et nous avons bien fait, car malgré la fermeture de la chapelle, nous profiterons d’une porte ouverte pour visiter le cloître, et nous offrir une pause bucolique au milieu de ces sculptures d’inspiration gothiques.
Comme quoi, parfois il ne faut pas hésiter à tenter quand même lorsque l’on se promène dans les parages !
Un coup de chance est toujours possible !
Et comme nous sommes d’insatiables curieux, nous réussirons à apercevoir par l’un des fenêtres un bout du magnifique jardin à la française qui se niche aux abords de la Chapelle…
Curieux comme choix, mais étant donné qu’un domaine viticole se trouve juste en face, peut-être appartient-il en réalité à ce dernier?
Pas de doute, il faudra revenir pour en avoir le coeur net!

 

Les routes de la Provence verte ... un plaisir pour les yeux tout proche des Arcs sur Argens !

Les routes de la Provence verte … un plaisir pour les yeux !

Nous reprenons donc la voiture pour nous diriger vers notre dernière étape, l’Abbaye du Thoronet, un superbe endroit que je ne suis pas prête d’oublier !
Mais même sur le trajet, la route regorge de paysages magnifiques, tandis que nous traversons la forêt domaniale du Thoronet
Personnellement, cette profusion de chênes et d’arbres voutés me transporte immédiatement outre-Manche, dans un Sherwood imaginaire, hérité de mes trop nombreux visionnage de Robin des Bois, Prince des Voleurs
Mais que voulez-vous, on ne se refait pas !

A vrai dire, j’aurais adoré passer encore plus de temps sur place et avoir le temps d’explorer cette magnifique forêt, mais l’heure est déjà avancée et l’Abbaye sera fermé d’ici une heure et demie…
Sans compter que nous sommes tout de même en plein hiver, et même en Provence, la fin d’après-midi apporte son lot d’humidité…

L'Abbaye du Thoronet, véritable trésor provençal, dans les alentours des Arcs sur Argens...

L’Abbaye du Thoronet, véritable trésor provençal…

Nous nous dirigeons donc vers la voûte d’arbre (j’adore ! ) sous laquelle nous apercevons l’entrée de l’Abbaye afin d’en commencer la visite.
Une visite qui permettra de terminer cette belle journée en apothéose…
Car bien qu’il ne subsiste que les murs de cette abbaye cistercienne (où les moines ont tout même vécu jusqu’au XVIII ème) siècle, son âme est restée intacte et il est aisé de s’imaginer l’apparence qu’elle avait au Moyen-Âge, surtout si comme moi, on a vu un peu trop de films sur le sujet !
L’atmosphère dépouillée nous aide à plonger dans l’intimité du monastère et nous prenons plaisir à errer le long de ces pierres chargées d’histoire…
Imaginant le quotidien de ces moines qui vivaient en quasi autarcie, fabriquant vin et huile d’olive, priant, méditant, coupés d’un monde sans cesse en mouvement dans une retraite de paix et de réflexion…

Pour un peu on les envierait, et abandonnerait bien volontiers le tumulte de nos vies trop remplies pour profiter de cette sublime accalmie !
Du reste, la beauté du lieu est tellement prenante qu’il est grisant de se balader sous ces immenses ogives, au grès de quelques fontaines et de cette architecture étonnante que nous n’avons malheureusement plus trop l’habitude de contempler…
Et que dire de cette immense et majestueuse salle voutée ?
Ou de ce beau jardin où quelques roses, fragiles touches de couleurs dans un paysage teinté de gris, éclosent d’ors et déjà?
Croyez moi, ce lieu incroyable saura vous fasciner, même si vous n’êtes pas amateurs d’histoire religieuse !
C’est un véritable trésor que nous avons adoré découvrir !
C’est complètement conquis que nous devrons nous forcer à quitter l’Abbaye, celle ci s’apprêtant à fermer ses portes aux visiteurs…
Avec une grande envie de revenir !

Mais pour l’heure, il est temps de refermer cette parenthèse enchanteresse pour reprendre le chemin de la maison … et d’une nouvelle semaine !

Et si comme nous vous avez été séduits par cet avant-goût, réjouissez vous, puisque vous retrouverez prochainement une série d’articles plus complets concernant Le Logis du Guetteur, Le Quartier du Parage et l’Abbaye du Thoronet; les points forts de notre visite aux Arcs sur Argens !

En attendant, je vous laisse avec la photo du merveilleux coucher de soleil que nous avons put savourer sur le trajet du retour …
Alors, que pensez-vous de cette escapade hivernale ?
Vous laisserez vous tenter par un petit tour en Provence en attendant le Printemps ?

Un coucher de soleil exceptionnel en aux Arcs sur Argens...

Un coucher de soleil exceptionnel en Provence …

A ne pas manquer aux Arcs sur Argens et dans les environs :

LE LOGIS DU GUETTEUR et son sublime panorama sur les Arcs :
Place du Château – 83460 Les Arcs sur Argens – Var
Tél. : 04 94 99 51 10 – Fax : 04 94 99 51 29 (réservation recommandée).

LA MAISON DE L’HISTOIRE DES ARCS pour redécouvrir le passé médiéval du village et en découvrir le vrai visage :
Place du Baron Village Médiéval – 83460 Les Arcs sur Argens – Var
Tel : 
04 94 85 24 02 – Fax : 04 94 47 56 10
Ouvert à partir du 31 mai 2016, de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30.

LE QUARTIER MEDIEVAL DU PARAGE pour une promenade dans un cadre méridional d’exception
:
83460 Les Arcs sur Argens – Var.

LA CHAPELLE SAINT PIERRE pour une plongée dans l’Histoire religieuse de la commune :
Place du Micocoulier – 83460 Les Arcs sur Argens – Var
Tel : 04 94 47 56 10

LA CHAPELLE SAINTE ROSELINE pour sa décoration fastueuse et sa légende:
83460 Les Arcs – Var.
Ouvert de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h00.

L’ABBAYE DU THORONET pour la visite d’un haut monument de l’histoire cistercienne :
83340 Le Thoronet.
Tel : 04 94 60 43 90
Ouvert de 10h00 à 18h30.

,

10 Raisons de visiter la Provence en hiver.

Précieux emblème de la Provence, le mimosa à l'odeur enchanteresse illumine les ruelles des Arcs sur Argens !

Envie d’une escapade pour illuminer les journées hivernales ?
Alors pourquoi ne pas opter pour la belle Provence, une destination pleine de douceur et aux nombreux attraits ?
Car si l’on s’imagine davantage y buller en plein été, elle revêt pourtant une toute autre facette à la saison froide, faisant les délices des locaux, des voyageurs avisés et du Chaton Chiffon …

Lire la suite